La Réserve volume I, numéro 7

12 novembre 2015

Archives I. Krzywkowski, HDR, vol. 1. Du jardin à l'espace littéraire

Archives HDR

Les textes de ce dossier d’archives ont constitué l’ensemble d’articles que j’ai joint à mon dossier d’habilitation à diriger des recherches. Presque tous avaient été publiés au préalable, et, bien que présentés en deux volumes aux thématiques distinctes, n’avaient pas vocation à être édités (un troisième ensemble l’a été sous le titre « Le Temps et l’Espace sont morts hier ». Les Années 1910-1920. Poésie et poétique de la première avant-garde, Paris, Éditions L’Improviste, 2006).

Si je les mets aujourd’hui en archive ouverte, c’est, d’une part, parce que beaucoup sont devenus difficilement accessibles sur papier, et assez peu disponibles en ligne (ou dans le format googlelivre, qui ne permet pas le téléchargement). D’autre part, parce que ces deux volumes, s’ils ne constituent pas un livre abouti, examinent quelques hypothèses théoriques.

Les articles ont été corrigés et revus ; ils n’ont pas été mis à jour, l’auteur préférant jouer le jeu des « archives » et conserver du temps pour avancer d’autres travaux.

 

Du jardin à l’espace littéraire (Dossier HDR, volume d’articles 1)

En parallèle et à la suite de ma thèse, Le Jardin des Songes. Étude sur la symbolique du jardin dans la littérature et l'iconographie fin-de-siècle (1996), mes travaux se sont orientés vers les questions de paysage et d’espace littéraires, réorganisés selon deux axes dans le premier volume d’articles déposé pour l’HDR.

Une partie plus théorique (« Poétique du lieu ») présente les travaux où j’ai formulé des propositions pour l’analyse de l’espace en littérature, à partir de l’exemple du jardin. Après l’étude du paradigme mythique, où je m’intéressais en particulier à la contrainte constituée par l’espace de référence, j’ai tenté de préciser, en me concentrant sur quelques œuvres, la fonction imaginaire et structurante de l’espace dans le récit. Deux articles didactiques tentent ensuite une synthèse.

La seconde partie du volume (« Du paysage moderne à la spatialisation ») regroupe des études qui envisagent l’espace littéraire dans son rapport avec la modernité. Cela ne répond pas au projet d’origine de ces travaux, mais montre l’évolution du rapport au paysage et à l’espace depuis le romantisme. Le travail qui clôt cette traversée chronologique (« De la poésie cosmique à la poésie spatiale ») se trouve dans le livre Le Temps et l’espace sont morts hier, consacré aux avant-gardes historiques.