Le Recueil ouvert

Vol. 2020 Premières modernités

Volume 2020. Des épopées de la première modernité (1500-1800), de la Mitteleuropa aux Indes occidentales : pour un panorama

Sous la direction de Dimitri Garncarzyk

 

La première modernité (early modern period) couvre trois siècles de culture occidentale, de la révolution technologique et épistémique de la Renaissance à la révolution politique et industrielle qui clôt l’âge des Lumières. Marquée par la continuité de la culture humanistique et par une profonde réflexivité littéraire, elle est souvent considérée comme une période en demi-teinte de l’histoire du genre : à côté de quelques chefs-d’œuvre marquants (Gerusalemme liberata du Tasse, Paradise Lost de Milton…) s’impose le double constat d’échecs plus ou moins retentissants de l’épopée sérieuse – la France de Ronsard à Voltaire servant de cas d’école, et de succès de formes “dégradées” du genre : burlesque, héroïcomique – Scarron, Butler, Boileau, Pope…

Cette vision cependant ne laisse guère de place qu’à l’Europe occidentale. Ce dossier au contraire élargit la perspective pour englober le monde hispano-lusophone d'une part, de la péninsule ibérique à l'Amérique latine, et l'Europe médiane d'autre part, de la Pologne aux Balkans. Surgit alors un tableau bien différent, où l'épopée révèle la vivacité et l’inventivité du genre épique dans ce qu’il faut plutôt appeler les premières modernités occidentales, où les enjeux politiques, religieux et anthropologiques du genre se maintiennent et se renouvellent, dans le sublime comme dans le burlesque.

.