Florence Goyet et Jean-Luc Lambert ont le grand plaisir d'annoncer la mise en ligne de la 3e livraison du Recueil ouvert.

Le Recueil ouvert  est la plus récente réalisation du Projet Épopée hébergé par l'UMR 5316 Litt&Arts de l'Université Grenoble, après une Bibliographie comparatiste, connue des chercheurs depuis sa première version sur epopee.org (500 études depuis 1997, en six langues). Suivant le principe général retenu pour le Recueil ouvert, les articles de cette troisième livraison viennent enrichir les rubriques permanentes, de façon à constituer au fil du temps des ouvrages de référence. Pour cette livraison, trois rubriques reçoivent des articles : “L’épopée, problèmes de définition I - Traits et caractéristiques ” ; “État des lieux de la recherche dans le monde” ; “Thèses et travaux en cours”.

Cette troisième livraison est le fruit de la collaboration entre des chercheurs en littérature comparée et des anthropologues du Centre d’études mongoles et sibériennes (EPHE). Elle est centrée sur la question de la co-construction entre public et récitant, et pose spécifiquement la question de l’auralité (la réception par l’oreille), dans ses rapports avec l’épopée.

L’épopée traditionnelle est récitée devant un public physiquement présent, et ce public influe par ses réactions sur la récitation et sur la composition. C’est là un fait généralement admis, de nombreux chercheurs soulignant le rôle crucial des auditeurs ; mais il n’y a pas de réflexion d’ampleur sur ce sujet. Notre collaboration s’est donc donné ici pour objet de montrer concrètement les changements produit par le changement de public.

Dans la rubrique “Problèmes de définition”, les articles traitent de textes et de traditions très différents. Quatre d'entre eux travaillent sur les épopées africaines : Jean Derive et Lilyan Kesteloot pour poser la question théorique de la longévité des épopées, Christiane Seydou et Sandra Bornand – dans deux articles qui se répondent – pour analyser la geste d'un même héros, Boubou Ardo Galo, dans deux aires distinctes, peule et zarma. Sur deux larges corpus de chants épiques sibériens, Jean-Luc Lambert et Clément Jacquemoud analysent les conditions précises des changements dus à l'auditoire et montrent la présence de l'épopée refondatrice “dispersée”. Catherine Servan-Schreiber met en regard les multiples fins de l'épopée de Lorik (Inde du Nord), avec la composition des divers auditoires qui la commanditent. Deux articles enfin élargissent la chronologie : Jan-Dirk Müller confronte deux versions de la légende des Nibelungen, le Nibelungenlied, épopée qui affronte les contradictions et les tensions, et Die Klage ; Cyril Vettorato, lui, analyse l'épopée contemporaine de Mackey, qui renouvelle l'approche de l'intertexte épique traditionnel.

Comparatif et théorique, le Recueil ouvert est en outre structuré par son dialogue avec la recherche d'hier et d'aujourd'hui. Dans la rubrique “États des lieux”, Taku Kuroiwa présente la première réception de la Chanson de Roland au Japon au XXe siècle et Monire Akbarpouran, celle de l'épopée occidentale en Turquie depuis l'époque de la “littérature nationale”. Dans la rubrique “Travaux en cours”, Dimitri Garncarzyk présente sa thèse sur le rôle de la poétique classique dans la définition de l'épopée au XVIIIe siècle, entre prospective et rétrospective (France, Angleterre, Pologne), et Mathilde Mougin sa thèse sur la réinvention de la communauté par l'épique dans trois grands romans italien, allemand et français d'après la deuxième guerre mondiale.

Cette livraison sera traduite en portugais et publiée comme numéro spécial “Projet Épopée” de la Revista Épicas du CIMEEP (Centro Internacional e Multidisciplinar de Estudos Épicos, Université fédérale de Sergipe, Brésil).

Le Recueil ouvert poursuit ainsi son exploration de l'épopée traditionnelle, moderne et contemporaine. Sa prochaine livraison, dirigée par Elara Bertho (CNRS, LAM) et Aude Plagnard (Université de Montpellier), portera sur “ Épopée et guerres coloniales : histoires connectées”.